Rechercher
  • Cabinet St Pierre

Un régime alimentaire pro-inflammatoire, lié à un risque accru de cancer du sein



Virtuel -- Les femmes qui consomment davantage d'aliments pro-inflammatoires ont un risque accru de cancer du sein, en particulier les femmes pré-ménopausées, selon une nouvelle étude présentée lors de la conférence NUTRITION 2021 LIVE ONLINE [1].

Les aliments qui augmentent l'inflammation sont la viande rouge et la viande transformée, les aliments riches en graisses comme le beurre, les margarines et les graisses de friture, ainsi que les confiseries, notamment le sucre, le miel et autres aliments riches en sucre.

Les fruits, les légumes, les légumineuses, le thé et le café ont tous des propriétés potentiellement anti-inflammatoires.

« L'inflammation est l'une des caractéristiques de la carcinogenèse. Une inflammation chronique de bas grade est associée à plusieurs cancers », a expliqué Carlota Castro-Espin, doctorante à la Catalan Institute of Oncology, en Catalogne (Espagne), lors de sa présentation.


« L'alimentation contribue à l'état d'inflammation chronique de bas grade, mais aucun composant de l'alimentation, à l'exception de l'alcool, ne s'est avéré être fortement associé au cancer du sein », a-t-elle noté.

Pour mener leur investigation, les chercheurs ont étudié plus de 318.000 femmes de la cohorte européenne European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC) qui ont été suivies pendant 14 ans, dont 13.246 ont développé un cancer du sein.

Le potentiel inflammatoire diététique a été caractérisé par un score inflammatoire du régime alimentaire (ISD) basé sur les déclarations des participants concernant la consommation de 27 aliments.


« La plupart des études portant sur l'alimentation et le risque de cancer du sein se sont concentrées sur des nutriments ou des aliments isolés plutôt que sur l'ensemble du régime alimentaire. Les gens consomment des aliments et non des nutriments. Par conséquent, l'examen des modèles alimentaires globaux, plutôt que des composants individuels des régimes, peut conduire à des conclusions plus précises lors de l'analyse des associations avec un résultat sur la santé tel que le cancer du sein », a déclaré Carlota Castro-Espin.


Les résultats ont montré une association positive entre l'ISD et le risque de cancer du sein.

Les femmes se trouvant dans le quintile le plus élevé du ISD, qui correspond au régime le plus pro-inflammatoire, présentaient une augmentation significative de 12% du risque de cancer du sein par rapport à celles se trouvant dans le quintile le plus bas du ISD (HR : 1,12 ; IC à 95% : 1,04 à 1,21).

Après ajustement pour des facteurs de confusion pertinents, chaque augmentation d'un écart-type (1-SD) de l'ISD a augmenté le risque de cancer du sein de 4% (HR : 1,04 ; IC à 95% : 1,01 à 1,07), augmentant à 8% le risque chez les femmes pré-ménopausées (HR : 1,08 ; IC à 95% : 1,01 à 1,14).

L'association entre les régimes pro-inflammatoires et le risque de cancer du sein était indépendante du sous-type de récepteur hormonal du cancer du sein. Il n'y avait pas d'interactions significatives entre l'ISD et l'indice de masse corporelle, l'activité physique ou la consommation d'alcool.


« Nos résultats apportent de nouvelles preuves quant au rôle que jouent les habitudes alimentaires dans la prévention du cancer du sein. S'ils sont confirmés, ces résultats pourraient contribuer à l'élaboration de recommandations diététiques visant à réduire le risque de cancer », a déclaré Castro-Espin.


Cette étude n'a bénéficié d'aucun financement et les auteurs n'ont pas déclaré de conflit d'intérêts pertinents.


Cet article REUTERS a été publié initialement sur les sites Medscape.com et Mediquality.net.

56 vues0 commentaire